Buffle (Con Trâu)

buffle

 

Comme le Viêtnam est un pays agricole, le buffle est considéré toujours comme un animal familier pour les Vietnamiens, en particulier pour les paysans. L’image du buffle est liée étroitement avec le paysage rural du Viêtnam. Analogue aux autres peuples, le Viêtnam a aussi beaucoup de légendes parmi lesquelles il y a une concernant le buffle.

Autrefois, pour aider les paysans vietnamiens, l’empereur céleste eut chargé un génie de descendre au Viêt-Nam avec deux sacs, l’un rempli de grains de céréales pour nourrir la population et l’autre de grains d’herbes pour le bétail. Il fut conseillé de semer d’abord les grains de céréales puis ceux des herbes. Comme il avait été tellement distrait, il oubliait les recommandations en faisant le contraire càd les grains d’herbes d’abord puis ceux de céréales.
C’est pourquoi le Viêt-Nam était inondé de forêts d’herbes dont les plaintes des paysans se faisaient écho jusqu’au ciel. Ayant appris cela, l’empereur céleste, furieux, condamna le génie à l’exil en le métamorphosant en buffle au Viêt-Nam. C’est pourquoi le buffle était obligé de passer toute la journée à brouter l’herbe et à tirer les charrues pour racheter les erreurs commises. 

Le buffle est un animal très utile dans les pays agricoles, en particulier au Viêtnam où les technologies agricoles ne sont pas très développées. Dans certains pays, si le chien est le meilleur ami de l’homme, c’est le buffle qui est le compagnon inséparable du paysan vietnamien. Sans cet animal, ce dernier sera dépourvu de tout car c’est lui qui aide le paysan à labourer tous les jours la terre, à charrier les fardeaux, à le remplacer dans des tâches fatigantes et ingrates. Ce ruminant est aussi l’animal que les Montagnards des Hauts Plateaux sacrifient lorsqu’il s’agit de demander au dieu de bénir la récolte. 

Le buffle est le bienfaiteur des paysans vietnamiens. C’est pourquoi il est l’animal le plus souvent cité dans les chansons populaires et les proverbes. Il est l’un des sujets enrichissants de la poésie vietnamienne.

Pour le paysan, le buffle fait partie de son patrimoine. C’est pourquoi on a l’habitude de dire:
Ruộng sâu, trâu nái
La rizière profonde, le buffle étalon

pour désigner une personne aisée dans le village.
L’achat d’un buffle est un sujet aussi important que la construction d’un habitat ou la recherche d’une femme. C’est pourquoi les deux vers suivants illustrent cet état d’esprit chez un paysan vietnamien:
Tậu trâu, lấy vợ, làm nhà
Trong ba việc đo’ trong là khó thay.
L’achat d’un buffle, la recherche d’une femme et la construction d’un habitat
Parmi ces trois tâches, aucune ne paraît facile.
Comme c’est le cas de la pisciculture, l’élevage des buffles est un moyen de s’enrichir rapidement. C’est pourquoi on a l’habitude de citer souvent dans l’une des chansons populaires les deux vers suivants:
Muốn giàu thì nuôi trâu cái,
Muốn lụn bại thì nuôi bồ câu.
Si on veut s’enrichir, il faut acheter les buffles femelles,
Si on veut s’endetter, il suffit d’élever les pigeons

Bref, on trouve à travers l’image du buffle une grande partie de l’image de notre pays, le Viêtnam. Pour les Vietnamiens d’Outre Mer, retrouver le buffle c’est retrouver le Viêtnam. Cet animal est avec le bambou l’un des symboles représentatifs du Viêtnam. Le buffle reflète à la fois la douceur de vivre et la résistance inébranlable du peuple vietnamien

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *