Empire khmer

Chân Lạp

empire_angkorienAprès avoir conquis le royaume de Founan, le pays vassal Chen-La ( Chân Lap ) ne tarda pas à céder la place à la naissance de l’empire angkorien au début du VIIIè siècle. Celui-ci connut d’abord son apogée et sa gloire avec le roi Suryavarman II que les historiens ont comparé souvent au roi -soleil Louis XIV de France. Puis il s’agrandit avec Jayavarman VII, une des personnalités fascinantes de l’histoire universelle. Celui-ci réussit à reculer durant son règne les limites de son empire par l’annexion du Champa, de la basse Birmanie, de la Thaïlande et du Laos. Georges Coedès, ancien directeur de l’Ecole Française de l’Extrême Orient (EFEO), nous a brossé de ce grand roi, un portrait d’un relief saisissant, celui d’un pharaon qui peut se vanter d’avoir remué autant de pierre. (Angkor Thom, Ta-Prohm, Bantay-Kdei etc ..).

Carte de l’empire

carte_empire_khmer

Mais, après sa mort, du fait des entreprises gigantesques et des guerres incessantes contre ses voisins (Chàms, Vietnamiens et Thaïs), l’empire angkorien commença à connaître le déclin précipité par la prise et le saccage multiple de sa capitale Angkor par les Thaïs. (1353, 1393 et 1431). Ceux-ci étaient unifiés par Ramadhipathi pour fonder le royaume d’Ayutthaya. © Đặng Anh Tuấn

Face aux assauts des Thaï, les Khmers durent abandonner leur capitale Angkor et se replier au coeur géographique de leur pays, les Quatre-Bras du Mékong (Phnom Penh). Mais selon les découvertes récentes, l’effondrement d’Angkor était dû en grande partie aux catastrophes climatiques qui ont réussi à anéantir le système hydraulique le plus complexe et le plus astucieux, un joyau de la civilisation khmère. Cela nous rappelle avec brutalité les limites de l’ingéniosité humaine, vaincues facilement par la force supérieure qu’est la nature.

Banteay Srei

Ta Prohm

Bayon

Angkor Vat

Angkor: naissance d’un mythe avec Louis Delaporte (Musée Guimet,Paris)