Literature (Văn chương)

French version

litterature

 

Vietnam possesses an important literature, ancient as well as modern. Because of Chinese influence, the ancient literature was written in Chinese characters. It was only in about 13th century that the « nôm » began to replace the Chinese characters. Although the « nom » remains the expression of the common Vietnamese, it supposes the mastering of classical Chinese penmanship and the Vietnamese pronunciation of Chinese characters.

The Vietnamese literature tried to develop and freed itself from the Chinese model since 15th century, not only in style but also in theme. Nguyễn Trãi is one of the poets the most known by Vietnamese people. We owe him a collection of 254 poems in national language ( Quốc Âm Thi Tập ), whose translation into French language under the direction of P. Schneider is found in the Edition of CNRS, 1978, Paris. Nguyễn Trãi famous was his Bình Ngô Ðại Cáo ( Great Proclamation of The Pacification of The Ngô ). It is one of the most beautiful monuments of the Vietnamese literature.

But the most famous poems remain Chinh phu ngâm of poetess Ðoàn Thị Ðiểm and Kim Vân Kiều of Nguyễn Du ( 1756-1820 ). The latter composed during his retirement a novel composed of 3254 verses which symbolises for the majority of Vietnamese the heart and soul of the nation .

Everyone of Vietnamese knows it or many parts of it by heart. It is important to note that this masterpiece of the Vietnamese literature is also one of the masterpieces of world literature.

It is a poignant love story adapted from a Chinese novel, depicting an abundance of thoughts on the meaning of life, war, love and above all the purity of the soul inaccessible to bodily taints. The three key characters in this novel are Kim, Vân and Kiều. Separated from Kim by cruel circumstances and after so many years of suffering and humiliation, Kiều was rescued from suicide by fishermen who fished her from the river where she had wanted to drown herself. Following is an excerpt of this novel that describes the reunion of Kim and Kieu at the temple where she had spent her peaceful days.

In the joy of their reunion, they are moved by thought of their love of days before,
From the time their youth blossomed, tender like a lotus, delicious like a peach,
Fifteen years have gone by and now the dream has come true.

The detachment from the Chinese models has been accelerated by the development of the « quốc ngữ » ( Vietnamese writing in Roman alphabet ) favored by the colonization. In 1932, motivated by Nguyễn Tường Tam also known as Nhat Linh, writing club Tự Lực Văn Ðoàn was founded. This movement endeavored itself to the creation of a national literature starting from traditional bases and the most acceptable foreign influences. It relied on a review called Ngày Nay whose editors team was made of known writers such as Khái Hưng, Thạch Lam, Thế Lữ etc..

The Vietnamese literature written in French began with Phạm Quỳnh through articles of reflection on Vietnamese culture and the difficulty of dialogue between eastern and western cultures. Phạm Duy Khiêm published legends and an autobiographic novel. Phạm Văn Ky elicited in a profound manner the dialogue of the East and the West in his romanesque works ( Blood Brothers, 1947; Those Who Will Reign, 1954 etc…). While historical evolution and mostly the war seemed to drain that literature, the arrival in France of several refugees has revived a literature of witnessing ( Kim Lefèvre ) and also one in search of identity.

 

The challenge (Thách Thức)

defi

 

French version

The challenge

This word is not unfamiliar to the Vietnamese. On the contrary, it is synonymous to perseverance, resistance, ingenuity and confrontation for these frail people whose feet have been burried in the rice fields’ mud since the dawn of time. They never stop at taking up, from generation to generation, the challenge incessantly imposed by the excesses of a harsh and inhospitable nature and by the Midle Empire, their big brother and hereditary enemy at the border. The Vietnamese dedicated to the latter a surprising admiration but at the same time pledged an implacable resistance in the goal of keeping their national independence and cultural traits. China has many times tried to assimilate Vietnam during its millennial domination but it succeeded in blurring the particularities without making them disappear completely. It was quick to be aware of that, because on any favorable occasion, the Vietnamese displayed their resistance and difference. They even tried to confront the Chinese in the field of literature. That has been reported in a great number of accounts that keep on to be plentiful up until now in the history of Vietnamese literature.

According to what was said, after having succeeded in putting down the revolt of the two sisters Trưng Trắc Trưng Nhị and pacifying Giao Chỉ ( ancient country of the Viet ), Chinese General Ma Viện( MaYuan ) of the Han dynasty erected in 43 at the Sino-Vietnamese border a pillar several meters high bearing the following notice:

Ðồng trụ triệt, Giao Chỉ diệt
Ðồng trụ ngã, Giao Chỉ bị diệt.

Vietnam would disappear forever with the fall of this pillar.

To avoid the pillar’s fall, the Vietnamese tried to strengthen it by throwing, as they walked by, a piece of soil around that huge column, and thus progressively helped in building a mound making the mythical pillar disappear.

To be ironic about the Vietnamese’s fear and worry of losing their country, the Ming emperor did not hesitate to use unfriendly terms to arrogantly tell the Vietnamese envoy Giang Văn Minh ( 1582-1639 ) during a reception:

Ðồng trụ chí kim đài dĩ lục

This Bronze pillar is now buried in green moss

to remind Giang Văn Minh of the putting down of the Trung sisters’ revolt and the pacifiaction of his country by the Chinese. Remaining unruffled, Giang Văn Minh responded with a surprising insight and an energetic and courageous determination:

Ðằng giang tự cổ huyết do hồng
That Ðằng river was then blended with red blood.

This was not the first time such a litterary competition took place. Under the reign of king Lê Ðại Hành ( The Great Expediter ), monk Lạc Thuận had an opportunity to catch the admiration of Chinese ambassador Li Jiao ( Lý Giác ) whom he helped cross the river by posing as a boatman.

He was quick to complete the four-versed poem started first by Li Jiao who saw two wild geese playing on the water wave crests:

Ngỗng ngỗng hai con ngỗng
Ngữa mặt nhìn trời xanh
Goose, goose, the two geese
Looking up the blue sky they tease

by the following two verses:

Nước biếc phô lông trắng
Chèo hồng sóng xanh khua

Bluish green water contrasts white feather
Showing pink feet splitting blue waves over.

It is shown not only the rapidity of monk Lac Thuan’s improvisation but also his ingenuity of placing in parallel the ideas and the words to be used in this four-versed poem.
But obviously credits on the confrontation finally go to to the learned Mạc Ðỉnh Chi because he knew how to show during his stay in China his capability of resistance and his talent of knowing how to cleverly answer all questions s and avoid all traps. He was sent to China (1314) by king Trần Anh Tôn after the latter had defeated the army of Kubilai Khan’s Mongols with general Trần Hưng Ðạo. Because of an unexpected delay, he could not show up on time at the gate of the fort at the Sino-Vietnamese border. The mandarin in charge of the supervision of the fort agreed to open the gate if f only Mạc Ðỉinh Chi could appropriately parallel the mandarin’s sentence containing 4 words « quan ».

Quá quan trì, quan quan bế,
nguyện quá khách quá quan
Qua cữa quan chậm, cữa quan đóng,
mời khách qua đường qua cữa quan.

Late at passing the gate, the mandarin gate is closed,
Passing pedestrian please pass the gate.

Unruffled at this litterary challenge, he replied to the mandarin with a surprising ease by the following sentences:

Xuất đối dị, đối đối nan, thỉnh tiên sinh tiên đối.
Ra câu đối dễ, đối câu đối khó
xin tiên sinh đối trước

Easy to pose the sentence, difficult to parallel it.
Parallel sentence poser please pose first.

It is noted that in this reply, there are not only the word « đối » that is repeated 4 times in parallel with the word « quan », but also the virtuosity of respecting the rhymes and the rules in composing parallel sentences by Mạc Ðỉnh Chi in his verses while making it known to the mandarin the situation he was tangled up with. This enormously pleased the Chinese mandarin who was quick to to open the fort gate and greet him with great pomp. This incident was reported to the Peking court and was fast to bring desire to the best Chinese learned mandarins to measure up with him in literary field.

One day, he was riding his mule in the capital city of Peking. The mule did not go fast enough, which annoyed a Chinese mandarin who followed him on his way. Irritated by the disturbing slowliness, the mandarin turn to him saying with an arrogant and contemptuous tone:

Xúc ngã ky mã, đông di chi nhân dã, Tây di chi nhân dã?
Chạm ngựa ta đi là người rợ phương Ðông hay là người rợ phương Tây?

Slowing my horse is the barbarian from the East or from the West?

That mandarin took what he had learned in the book Mencius ( Mạnh Tử )(1) to refer to the barbarians, those who do not possess the same culture of the Midle Empire by using the words « đông di ». Surprised by the hurting remark while he knew that China was at that time governed by by the nomad tribes, the Mongols, Mạc Ðĩnh Chi replied with his black humor:

 

Át dư thừa lư, Nam Phương chi cường dư, Bắc phương chi cường dư
Ngăn lừa ta cưởi, hỏi người phương Nam mạnh hay người phương Bắc mạnh?

Impeding my mule is the strong people from the North or from the South?

Mạc Ðỉnh Chi also took what he had learned from the book Trung Dung (2) to remind the mandarin that he was not sure that the people from the North were stronger than those from the South. The mandarin turned pale of shame and was so vexed by the spirited and spontaneous reply that he was forced to drive off. Another time, in a discussion with Mạc Ðỉnh Chi and wanting to know his character, the Yuan emperor read him the following phrase:

Nhật hỏa, vân yên, bạch đáng thiêu tàn ngọc thỏ
Mặt trời là lửa, mây là khói, ban ngày đốt cháy vần trăng

Daytime, the sun being fire, the clouds being smoke burn up the moon.

The emperor wanted to show his power by comparing himself with the sun and in making it known to Mạc Ðỉnh Chi that Vietnam is comparable to the moon would soon be wiped out and dominated. Unruffled, Mac Ðỉnh Chi replied in firm and courageous terms:

Nguyệt cung, kim đạn, hoàng hôn xa lạc kim ô
Trăng là cung, sao là đạn, chiều tối bắn rơi mặt trời.

Nightime, the moon being crossbow, the stars being projectiles shoot down the sun.

Thus the Yuan emperor Kubilai Khan ( Nguyên Thê’ Tổ ) had to recognize his talent and granted him the title  » ( Lưỡng Quốc Trạng Nguyên  » ( Doctor of both countries ) for China as well as for Vietnam. this rendered some Chinese mandarins jealous. One of them tried to humiliate him one day by treating him as a bird because of the tone of the monosyllabic language; the Vietnamese give the impression of chirping when they speak:

Quích tập chi đầu đàm Lỗ luận: tri tri vi tri chi, bất tri vi bất tri, thị tri
Chim đậu cành đọc sách Lỗ luận: biết thì báo là biết, chẳng biết thì báo chảng biết, ấy là biết đó.

Birds gather on the branch to study the book Dialogs: What we know we say we know, what we don’t we say we don’t, we know it though.

It was a way to recommend Mac Ðĩnh Chi to show more humility and to behave like a man of Confucian quality ( junzi ). Mac Ðĩnh Chi replied in treating him like a frog because the Chinese have the habit of clicking the tongue when drinking and speaking loudly:

Oa minh trì thượng đọc Châu Thư: lạc dữ đọc lạc nhạc, lạc dữ chúng lạc nhạc, thục lạc.
Châu chuộc trên ao đọc sách Châu Thu: cùng ít người vui nhạc, cùng nhiều người vui nhạc, đằng nào vui hơn.

Frogs assemble in the pond to learn the work Chou Ching : they enjoy blaring alone, they enjoy blaring together, they’re blaring anyhow.
It’s a way to recommend the Chinese mandarin to have a keen mind in order to be able to have the right behavior and a more fair judgment.

In spite of the literary confrontation, Mac Ðĩnh Chi was very much appreciated in China. He was assigned by the Yuan emperor to write the funeral oration in honor of the passing away of a Mongolian princess. Due to the respect that the Chinese traditionally maintained toward talented Vietnamese people, especially the scholars having unprecedented erudition and keen minds, the learned Nguyễn Trãi was saved in extremis by the great steward Houang Fou ( Hoàng Phúc ). He was seen by Chinese generalissimo Tchang Fou ( Trương Phụ ) as a captive to be eliminated, a dangerous and harmful to the Chinese politics of expansion in Vietnam. He was retained by Tchang Fou during his stay at Ðồng Quang ( ancien name of Capital Hà-Nội before he could join the cotton clothed hero Lê Lợi later at Lam Sơn. Without the magnanimous and protective gesture of the eunuch Hoang Fou, Lê Lợi would not have been able to defeat the Ming because it was Nguyễn Trãi, the godsent adviser and eminent strategist that Lê Lợi relied upon to run the guerilla during his ten years struggle against the Chinese.

This literary confrontation began to blurr progressively with the arrival of the French in Vietnam and stopped definitively when emperor Khải Ðịnh decided to put an end to the Vietnamese system of mandarinal contest up until then copied from the Chinese one and based essentially on the Four Classics (3) and the Five Cannons (4) of the wise Confucius (Tứ Thư Ngũ Kinh).

intro1

The last mandarinal contest was organized at Huế in 1918. Another system of recruitment in the French way was proposed at the colonial l period. From then on, Vietnam has no longer the opportunity to measure up literarily with China and to show her its difference, its intellectual resistance and its cultural traits.


(1) : Jou philosophy of first plan of 4th century B.C.
(2) : The Middle-Of-The-Road, one of the basic works of Chinese education.
(3) : The Great Studies, ( Ðại Ho.c ), Middle-Of-The-Road ( Trung Dung ), Dialogs ( Luận Ngữ ) and Mencius’s Book ( ( Sách Mạnh Tử ).
(4):The Book of Odes ( Kinh Thi ), The Historic Documents( Kinh Thư ), The Book of Mutations ( Kinh Dịch ) The Rites( Kinh Lễ ), Springs and Autumn ( Kinh Xuân Thu ).

Le défi (Thách Thức)

defi

English version

Le défi

Ce mot n’est pas étranger aux Vietnamiens. Par contre, il est synonyme de la persévérance, de la résistance, de l’ingéniosité et de la confrontation pour ces gens frêles, les pieds enfouis dans la boue des rizières depuis la nuit des temps. Ceux-ci ne cessaient pas de relever, de génération en génération, le défi imposé incessamment par les intempéries d’une nature ingrate et inhospitalière et par l’Empire du Milieu, leur grand frère limitrophe et leur ennemi héréditaire. Les Vietnamiens vouaient à ce dernier une admiration étonnante en même temps une résistance implacable dans le but de garder leur indépendance nationale et leurs spécificités culturelles. La Chine tenta de siniser à maintes reprises le Viêt-Nam durant sa domination millénaire mais elle réussit à estomper les particularités sans les faire disparaître complètement. Elle ne tarda pas à s’en apercevoir car à chaque occasion favorable, les Vietnamiens affichaient leur résistance et leur différence. Ils cherchaient à affronter même les Chinois dans le domaine littéraire. Cela a été rapporté par un grand nombre de récits continuant à abonder encore jusqu’à nos jours dans l’histoire littéraire vietnamienne.

Selon l’on-dit, après avoir réussi à mater la révolte des deux soeurs Trưng Trắc Trưng Nhị et de pacifier le Giao Chỉ (l’ancien pays des Viets), le général chinois Mã Viện (Ma Yuan) de la dynastie des Han édifia en 43 à la frontière sino – vietnamienne un pilier haut de plusieurs mètres et portant l’écriteau suivant:

Ðồng trụ triệt, Giao Chỉ diệt
Ðồng trụ ngã, Giao Chỉ bị diệt.

Le Vietnam disparaîtrait pour toujours avec la chute de ce pilier.

Pour éviter sa chute, chaque Vietnamien tenta de le consolider en jetant, à chaque passage, un morceau de terre autour de cette colonne colossale, ce qui permit d’édifier progressivement un monticule faisant disparaître ainsi ce pilier mythique.

Pour ironiser sur la peur et l’angoisse des Vietnamiens de perdre leur patrie, l’empereur des Ming n’hésita pas à s’adresser arrogamment au délégué vietnamien Giang Văn Minh (1582-1639) lors d’une réception, avec des termes inamicaux:

Ðồng trụ chí kim đài dĩ lục
Le pilier en bronze continue à être envahi par la mousse verte.

pour rappeler à Giang Văn Minh l’écrasement de la révolte dirigée par les soeurs Trưng Trấc et Trưng Nhị et la pacification de son pays par les Chinois. Imperturbable, Giang Văn Minh lui répondit avec une perspicacité étonnante et une détermination énergique et courageuse :

Ðằng giang tự cổ huyết do hồng
Le fleuve Bạch Ðằng continue à être teinté avec du sang rouge.

pour rappeler à l’empereur des Ming les victoires éclatantes et décisives des Vietnamiens contre les Chinois sur le fleuve Bạch Ðằng.

Ce n’était pas la première fois que cette compétition littéraire avait lieu. A l’époque du règne du roi Lê Ðại Hành ( Le Grand Expéditeur ), le bonze Lạc Thuận eut l’occasion de frapper d’admiration l’ambassadeur chinois Li Jiao ( Lý Giác ) à qui il avait fait passer le fleuve en se déguisant en sampanier. Il n’hésita pas à achever le quatrain entamé d’abord par Li Jiao qui se mit à chanter en voyant les deux oies sauvages jouer sur la crête des vagues:

Ngỗng ngỗng hai con ngỗng
Ngữa mặt nhìn trời xanh

Des oies sauvages, voyez ces deux oies sauvages
Elles dressent la tête et se tournent vers l’horizon

par ses deux vers suivants:

Nước biếc phô lông trắng
Chèo hồng sóng xanh khua

Leurs plumes blanches s’étalent sur les eaux glauques
Leurs pattes roses, telles des rames, fendent les flots bleus.

On constate non seulement la rapidité et l’improvisation du moine Lạc Thuận mais aussi son ingéniosité de mettre en parallèle les idées et les termes à employer dans ce quatrain. Mais le mérite de la confrontation revient évidemment au lettré Mạc Ðỉnh Chi car ce dernier sut montrer durant son séjour en Chine sa capacité de résistance mais aussi son talent de savoir répliquer savamment à toutes les questions et éviter toutes les embûches. Il fut envoyé en Chine (1314 ) par le roi Trần Anh Tôn après que ce dernier avait défait l’armée des Mongols de Kubilai Khan avec le général Trần Hưng Ðạo. À cause d’un retard inopiné, il ne put pas se présenter à l’heure convenue devant le portail du fort à la frontière sino-vietnamienne. Le mandarin chargé de la surveillance de ce fort accepta d’ouvrir ce portail à condition qu’il réussît de répondre d’une manière appropriée à la question que ce mandarin voulait lui poser et dans laquelle il y avait 4 mots « quan »

Quá quan trì, quan quan bế,
nguyện quá khách quá quan

Qua cữa quan chậm, cữa quan đóng,
mời khách qua đường qua cữa quan

Vous êtes en retard, la porte réservée étant fermée.
Je vous demande de bien vouloir vous présenter devant cette porte.

Imperturbable devant ce défi littéraire, il répondit au mandarin avec une facilité étonnante par la phrase suivante:

Xuất đối dị, đối đối nan, thỉnh tiên sinh tiên đối.
Ra câu đối dễ, đối câu đối khó
xin tiên sinh đối trước

C’est très facile pour vous de poser une question, la réponse n’étant pas évidente.
Je vous demande de bien vouloir poser la question.

On constate que dans cette réplique, il y a non seulement le mot « đối » qui se répète en quatre fois et qui est disposé de la même manière que le mot « quan » mais aussi la virtuosité de savoir respecter les rimes et les règles prosodiques par Mạc Ðỉnh Chi dans son vers tout en faisant connaître au mandarin la situation où il était empêtré avec sa suite. Cela contenta énormément le mandarin chinois. Celui-ci n’hésita pas à ouvrir le portail du fort et à le recevoir en grande pompe. Cet incident fut rapporté à la cour de Pékin et ne tarda pas à porter envie aux meilleurs mandarins lettrés chinois de se mesurer avec lui dans le domaine littéraire.

Un beau jour, dans la capitale de Pékin, il était en train de faire une promenade avec son mulet. Comme ce dernier ne trottinait pas assez vite, cela énerva un mandarin chinois qui le suivait de près sur son chemin. Irrité par cette lenteur gênante, le mandarin se tourna vers lui en lui adressant avec un ton arrogant et méprisant:

Xúc ngã ky mã, đông di chi nhân dã, Tây di chi nhân dã?
Chạm ngựa ta đi là người rợ phương Ðông hay là người rợ phương Tây?
En gênant le passage de mon cheval, est -il un barbare venant de l’Est ou de l’Ouest?

Ce mandarin s’inspira de ce qu’il avait appris dans le livre de Mencius (Mạnh Tử )(1) pour désigner les Barbares, ceux ne possédant pas la même culture que l’empire du Milieu par l’emploi des deux mots « Ðông di ». Surpris par ce propos blessant lorsqu’il savait que la Chine fut gouvernée à cette époque par les tribus nomades, les Mongols, Mạc Ðỉnh Chi lui répliqua avec son humour noir:

Át dư thừa lư, Nam Phương chi cường dư, Bắc phương chi cường dư
Ngăn lừa ta cưởi, hỏi người phương Nam mạnh hay người phương Bắc mạnh?

En empêchant la marche normale de mon mulet, est-il fort, l’homme du Nord ou celui du Sud?

L’empereur des Yuan n’hésitait pas à vanter sa puissance en le comparant au soleil et en faisant savoir à Mạc Ðỉnh Chi que le Viêt-Nam, comparable à la lune, serait anéanti et dominé bientôt. Imperturbable, Mạc Ðỉnh Chi lui répondit d’une manière ferme et courageuse:

Nguyệt cung, kim đạn, hoàng hôn xa lạc kim
Trăng là cung, sao là đạn, chiều tối bắn rơi mặt trời.

Etant prise pour l’arbalète, la lune avec les étoiles comme des projectiles, détruit facilement dans la nuitée le soleil.

Mạc Ðỉnh Chi s’inspira aussi de ce qu’il avait appris dans le livre Trung Dung (2) pour rappeler au mandarin qu’il n’était pas sûr que les gens du Nord étaient plus forts que ceux du Sud. Ce mandarin pâlit de honte et fut vexé tellement par sa réplique fougueuse et spontanée qu’il fut obligé de déguerpir. Une autre fois, en discutant avec Mạc Ðỉnh Chi tout en voulant connaître sa noblesse d’âme, l’empereur des Yuan lui cita la phrase suivante:

Nhật hỏa, vân yên, bạch đáng thiêu tàn ngọc thỏ
Mặt trời là lửa, mây là khói, ban ngày đốt cháy vần trăng

Etant pris pour le foyer du feu, le soleil avec les nuages comme la source des fumées, consume facilement dans la journée la lune.

L’empereur des Yuan Kubilai Khan ( Nguyên Thê’ Tổ ) dut reconnaître son talent et lui accorda ainsi le titre  » Premier docteur » ( Lưỡng Quốc Trạng Nguyên ) aussi bien en Chine qu’au Viêt-Nam, ce qui rendit jaloux quelques mandarins chinois. L’un d’eux tenta de l’humilier un beau matin en le traitant comme un oiseau car à cause de la tonalité monosyllabique de la langue, les Vietnamiens donnent l’impression de gazouiller toujours lorsqu’ils parlent:

Quích tập chi đầu đàm Lỗ luận: tri tri vi tri chi, bất tri vi bất tri, thị tri
Chim đậu cành đọc sách Lỗ luận: biết thì báo là biết, chẳng biết thì báo chảng biết, ấy là biết đó.

L’oiseau s’agrippant sur une branche lit ce qui a été écrit dans le livre Les Entretiens : Si nous savons quelque chose, nous disons que nous la savons. Dans le cas contraire, nous disons que nous ne la savons pas. C’est ainsi que nous disons que nous savons quelque chose.

C’était une façon de recommander Mạc Ðỉnh Chi de se montrer plus humble et de se comporter comme un homme de qualité confucéenne ( junzi ). Mạc Ðỉnh Chi lui répliqua en le traitant comme une grenouille car les Chinois ont l’habitude de clapper à cause de leur manière de boire ou de parler bruyamment:

Oa minh trì thượng đọc Châu Thư: lạc dữ đọc lạc nhạc, lạc dữ chúng lạc nhạc, thục lạc.
Châu chuộc trên ao đọc sách Châu Thu: cùng ít người vui nhạc, cùng nhiều người vui nhạc, đằng nào vui hơn.

La grenouille barbotant dans la mare lit ce qui a été écrit dans le livre Livre des Documents Historiques (Chou Ching ): certains jouent seuls de la trompette, d’autres jouent ensemble de la trompette. Lesquels paraissent en jouer mieux.

C’était une façon de dire au mandarin chinois d’avoir un esprit sain pour pouvoir avoir un comportement juste et un discernement équitable.

Malgré la confrontation littéraire, Mạc Ðỉnh Chi fut très apprécié en Chine. Il fut chargé même par l’empereur des Yuan de composer une oraison funèbre en l’honneur de la disparition d’une princesse mongole. Grâce au respect que les Chinois savaient entretenir traditionnellement à l’égard des gens de talent vietnamiens, en particulier des lettrés ayant une érudition inouïe et une vivacité d’esprit, le lettré Nguyễn Trãi fut sauvé in extremis par le grand intendant Houang Fou (Hoàng Phúc). Il était aux yeux du généralissime chinois Tchang Fou (Trương Phụ ) un homme captif à abattre, un personnage dangereux et nuisible à la politique d’expansion de la Chine au Viêtnam . Il fut retenu par Tchang Fou durant son séjour à Ðồng Quang ((ancien nom donné à la capitale Hanoï ) avant de pouvoir rejoindre plus tard le héros à habit de cotonnade Lê Lợi à Lam Sơn. Sans ce geste magnanime et protecteur de l’eunuque Houang Fou, Lê Lợi n’aurait pas pu déboulonner les Ming car c’était Nguyễn Trãi, le conseiller providentiel et le stratège éminent sur lequel Lê Lợi s’appuya pour mener le guérilla durant ses dix années de lutte contre les Chinois.

Cette confrontation littéraire commença à s’estomper progressivement avec l’arrivée des Français au Vietnam et cessa définitivement lorsque l’empereur Khải Ðịnh eut décidé de mettre fin au système de concours mandarinal vietnamien calqué jusqu’alors sur celui des Chinois et basé essentiellement sur les Quatre Livres Classiques (3) et les Cinq Livres Canoniques (4) du sage Confucius.(Tứ Thư Ngũ Kinh).intro1

On nota le dernier concours mandarinal organisé à Huế en 1918. Un autre système de recrutement à la française fut proposé à l’époque coloniale. Dès lors, le Vietnnam n’avait plus l’occasion de se mesurer littérairement avec la Chine et de lui montrer sa différence, sa résistance intellectuelle et ses spécificités culturelles.


(1) : Philosophe Jou de premier plan du IV è siècle avant J.C.
(2) : Le Juste Milieu , l’un des ouvrages de base de l’enseignement chinois.
(3) : La Grande Étude, ( Ðại Học), le Juste Milieu ( Trung Dung ), Les Entretiens ( Luận Ngữ ) et le livre de Mencius ( Sách Mạnh Tử).
(4): Le Livre des Odes ( Kinh Thi ), Les Documents Historiques( Kinh Thu ), Le Livre des Mutations ( Kinh Dịch ) Les Rites ( Kinh Lễ ) , Printemps et Automne ).( Kinh Xuân Thu ).

La poétesse Hồ Xuân Hương

hoxuanhuong

English version

En parlant de Hồ Xuân Hương, cela suscite en chacun de nous non seulement une admiration ardente mais aussi une réflexion sur l’époque où le confucianisme continua à drainer tout l’élan vital d’une société hermétique et les lettres, source de prestige social restèrent l’apanage des hommes dans les concours triennaux pour le recrutement des mandarins.

Avant de figurer en bonne place dans l’officielle de l’histoire de la littérature vietnamienne publiée en 1980 par l’institut de la littérature du Vietnam, Hồ Xuân Hương fut dans le passé une source de polémique intarissable entre ceux qui virent en elle une femme merveilleuse osant sans honte les droits de son sexe et l’amour charnel dans la nuit féodale et ceux qui considèrent que sa poésie mettant trop l’accent sur la glorification de l’instinct sexuel fut décevant pour la littérature vietnamienne et une atteinte et une souillure à la femme modèle vietnamienne.

Il faut reconnaître que Hồ Xuân Hương est une femme en avance sur son temps , une femme qui sait se servir de son intelligence pour dénoncer les hypocrisies et les absurdités à une époque  où la société fut réglée par l’immuable éthique confucéenne, une femme qui ose s’insurger contre les interdits et les tabous pour la libération de la femme aussi bien physique que morale.  Elle aime à affronter et à battre messieurs les lettrés avec leurs propres armes.  Elle réussit à échapper à la censure formelle par une habileté peu commune, procédant par allusions et métaphores. 

Thiếu nữ ngủ ngày

Mùa hè hây hẩy gió nồm đông
Thiếu nữ nằm chơi quá giấc nồng
Lược trúc lỏng cài trên mái tóc
Yếm đào trễ xuống dưới nương long
Ðôi gò Bông đảo sương còn ngậm
Môt lạch đào nguyên suối chưa thông
Quân tử dùng dằng đi chẳng dứt
Ði thì cũng dở ở không xong.

La Jeune fille assoupie en plein jour

Frémissement de la brise d’été
A peine allongée, la jeune fille s’assoupit
Le peigne, de ses cheveux, a glissé
Le cache seins rouge s’est défait
Pas de rosées sur les deux collines du Pays des Fées
La source aux fleurs de Pêcher ne jaillit pas encore
L’homme de bien, hésitant, ne peut en détacher sa vue
Partir lui est pénible, mais inconvenant de rester

La Grotte de Cắc Cớ

Ciel et Terre ont fait naître ce rocher
Une fente le divise en deux, noire et profonde
La mousse couvre ses bords et l’ouverture se fait béante
Des pins que secoue le vent battent la mesure
L’eau bien fraîche perle goutte à goutte en clapotant
Et le chemin pour y pénétrer se perd dans le noir
Loué soit le sculpteur qui l’a taillée avec talent
Maintes gens lorgnent après cette fente grande ouverte

Hang Cắc Cớ

Trời đất sinh ra đá một chòm
Nứt ra đôi mảnh hỏm hòm hom
Kẽ hầm rêu mốc trơ toen hoẻn
Luồng gió thông reo vỗ phập phồng
Giọt nước hữu tình rơi lõm bõm
Con đường vô ngạn tối om om
Khen ai đẽo đá tài xuyên tạc
Khéo hớ hênh ra lắm kè dòm


Extrait du livre intitulé  » Aigrettes sur la rivière  » de Mr Lê Thành Khôi.

 sieste

Vịnh cái quạt

Mười bảy hay là mười tám đây
họ ta yêu dâ’u chẩng rời tay
Mỏng dày chừng ấy, chành ba góc
Rộng hẹp dường nào, cắm một cây.
Càng nóng bao nhiêu thời càng mát
Yêu đêm không phỉ lại yêu ngày
Hồng hồng má phấn duyên vì cậy
Chúa dấu vua yêu một cái nầy.

 

La grande poétesse du Vietnam

 

 

L’éventail

Est -ce dix sept ou dix huit? (1)
Laisse moi te chérir et ne pas te quitter
Fin ou épais se déploie ton triangle
Au large ou à l’étroit se fiche la rivure
Plus il fait chaud, plus douce est ta fraîcheur
La nuit ne suffit plus,je t’aime encore le jour
Rose comme la joue grâce au suc du kaki
Rois et seigneurs n’adorent rien que toi


(1) On peut comprendre dix sept ou dix huit branches d’éventail ou dix sept ou dix huit ans


 

Pour parler des choses les plus crues de la société, de l’érotisme en particulier, elle recourut à la description anodine des paysages et d’objets familiers. Le fruit du jacquier, le gâteau Trôi, l’éventail, la grotte de Cắc Cớ, le tissage de nuit , la jeune fille assoupie en plein jour sont les titres de ses poèmes les plus connus et témoignent de son talent et de son don de savoir créer des rythmes comparables à ceux des chansons populaires ( ca dao ) et utiliser un vocabulaire d’une simplicité étonnante dans la poésie. Un manuscrit en « nôm » de la Bibliothèque des Sciences enregistré en 1912 ne comptait que 23 poèmes mais on constate que le nombre des poèmes attribués à Hồ Xuân Hương augmente avec le temps. C’est pourquoi on a mis en doute dans le passé jusqu’à son existence même.

Hồ Xuân Hương serait originaire du village de Quỳnh Ðôi, district de Quỳnh Lưu, province de Nghệ An. Son père Hồ Phi Ðiền est issu d’une famille de lettrés, la famille des Hồ (Hồ Phi ). Selon le chercheur français Maurice Durand, elle n’était pas très favorisée par la nature sur le plan physique en s’appuyant sur les deux vers du fruit du jacquier de Hồ Xuân Hương:

Mon corps est comme le fruit du jacquier sur l’arbre
Son écorce est rugueuse, ses gousses sont épaisses.

Thân em như quả mít trên cây,
Da nó sù sì, múi nó dày

Cette déduction parait peu convaincante du fait que même si elle n’était pas belle, elle devrait être charmante car elle était mariée deux fois puis veuve et ayant beaucoup de célèbres courtisans tels que Chiêu Hồ ( Phạm Ðình Hồ ). A cause de sa verve cinglante et licencieuse, certains voient en elle une obsédée sexuelle, un génie de la luxure, c’est le cas de l’ écrivain Nguyễn văn Hạnh et du chercheur français Maurice Durand dans l’Oeuvre de la poétesse vietnamienne Hồ Xuân Hương, Ecole française d’Extrême Orient, Adrien Maisonneuve, Paris 1968. Par contre, d’autres n’hésitent pas à la défendre à cor et à cri en trouvant en elle non seulement une féministe de la première heure mais aussi une femme ayant le cran de vivre et défier une société de momies et de fantômes. C’est le cas de l’écrivain Nguyễn Ðức Bình dans la revue mensuelle Văn Nghệ ( Arts et Littérature ) no 62.

Le tissage de nuit

La lampe allumée, ô quelle blancheur !
Le bec de cigogne, la nuit durant, ne cesse de gigoter
Les pieds appuient, se relâchent, bien allègrement
La navette enfile la trame, s’en donne à cœur joie
Large, étroit, petit, gros, tous les formats trouvent à s’ajuster
Courtes ou longues, les pièces de toutes dimensions se valent
Celle qui veut bien faire laisse tremper longuement
Elle attend trois automnes avant d’en dévoiler la couleur. 

 

Dệt cửi

Thắp ngọn đèn lên thấy trắng phau
Con cò mấp máy suốt đêm thâu
Hai chân đạp xuô’ng năng năng nhắc
Mô.t suốt đâm ngang thích thiích nhau
Rộng hẹp nhỏ to vừa vặn cả
Ngắn dài khuôn khổ cũng như nhau
Cô nào muốn tốt ngâm cho kỹ
Chờ đến ba thu mới dãi màu

 

 

Si Ho Xuân Hương est une rose avec épines, une voix solitaire presque unique dans la littérature vietnamienne, elle a néanmoins le courage et l’audace de jeter une pierre et de semer le trouble dans une mare stagnante et putréfiante que devint la société vietnamienne à la fin du XVIII ème siècle. Contraire à d’autres grands lettrés préférant rechercher la solitude pour s’adonner à la contemplation de la nature et à la méditation dans l’ivresse de l’alcool, Ho Xuân Hương préféra de se battre seule à son époque en se servant de sa verve, de ses poèmes pour exprimer la colère d’une femme révoltée et orageuse contre l’injustice de la société vietnamienne. Elle mérite bien l’hommage que l’écrivain américain Henry Miller rend deux siècles plus tard à une femme écrivain du XXème siècle dans sa préface pour le Complexe d’Icare de Erica Jong, Robert Laffont, 1976:butviet

Elle écrit comme un homme. Pourtant c’est une femme à 100% femme. Sur bien des points, elle est plus directe et plus franche que beaucoup d’auteurs masculins.

 

Le bouddhisme vietnamien (Phật Giáo Việt Nam)

English version

On ne connaît pas avec exactitude la date d’introduction du bouddhisme au Vietnam mais par contre, on est certain que cette nouvelle foi a pénétré au Vietnam par voie maritime par le détroit de Malacca. Le bouddhisme vietnamien est avant tout le bouddhisme Mahayana (Grand Véhicule ou Ðại Thừa en vietnamien). 

Il est moins pur, mélangé souvent aux concepts philosophiques du Confucianisme et du Taoïsme. Comme le Vietnam est situé sur la route de pélérinage entre la Chine et l’Inde, la plupart des lettrés vietnamiens furent à cette époque des moines bouddhistes qui connaissaient bien le Chinois et le Sanskrit. Lorsque le Viêt-Nam se constitua en état indépendant en 939 à la chute de la dynastie des Tang, ce furent les moines bouddhistes, qui seuls détenteurs véritables du savoir, aidèrent les premières dynasties à consolider leur pouvoir.

Beaucoup d’entre eux occupèrent des postes politiques importants, tels Ngô Chấn Lưu et Ðặng Huyền Quang. Ils fournirent aussi les premiers poètes et prosateurs du Vietnam. On peut dire que la littérature vietnamienne était constituée en grande partie, sous la dynastie des Lê antérieurs et des Ly’, des poésies savantes et d’inspiration bouddhiste composées par des bonzes dont Lạc Thuận et Vạn Hạnh faisaient partie. Le premier fut chargé par le roi Lê Ðại Hành de recevoir l’ambassadeur chinois Li Jiao (ou Lý Giác). Pour faire passer le fleuve à ce dernier, le moine Lạc Thuận se déguisa en sampanier.

En voyant deux oies sauvages jouer sur la crête des vagues, Li Jiao se mit à chanter:

Ngỗng ngỗng hai con ngỗng
Ngữa mặt nhìn trời xa
Des oies sauvages, voyez ces deux oies sauvages!
Elles dressent la tête et se tournent vers l’horizon!

Le moine Lạc Thuận n’hésita pas à achever le quatrain sur les mêmes rimes tout en continuant à ramer:

Nước biếc phô lông trắng
Chèo hồng sóng xanh khua
Leurs plumes blanches s’étalent sur les eaux glauques
Leurs pattes roses, telles des rames, fendent les flots bleus.

Le parallélisme des idées et des termes et surtout la rapidité de l’improvisation du moine Lạc Thuận frappèrent d’admiration l’ambassadeur chinois. Quant au second, le bonze Vạn Hạnh, il aida le roi Lý Công Uẩn à éliminer les Ðinh décadents et à fonder la dynastie des Lý (1009-1225) qui transféra la capitale à Thăng Long (actuelle Hànội). Vạn Hạnh fut non seulement un homme politique talentueux mais aussi un moine poète. La dynastie des Lý dut beaucoup son avènement à l’influence et aux conseils de ce bonze, ce qui expliqua la prééminence du bouddhisme à partir de cette date. Il devint ainsi la religion d’état avec une église dirigée par un maître spirituel du royaume (ou Quốc Sư). Beaucoup de souverains de cette dynastie appartenaient à des sectes Thiền (ou zen en japonais ou tchan en chinois).

Galerie des photos

Ils favorisèrent grandement le bouddhisme, en particulier le roi Lý Thái Tôn qui, en 1031, après sa victoire sur le Champa, fit construire plus de cent cinquante monastères sans parler de la construction de la célèbre pagode au pilier unique (ou Chuà Một Cột) à la suite d’un rêve. Malgré l’influence bienfaisante du bouddhisme, pour les besoins d’une organisation méthodique et d’une administration efficace du pays, la dynastie des Lý dut adopter le modèle chinois à tous les échelons de l’administration: le remaniement de la hiérarchie des fonctionnaires ( 1089 ), la création des examens ( 1075 ), l’institution d’un collège impérial (1076) (ou Quốc Tự Giám ) destiné à l’enseignement des enfants nobles, la création de l’Académie impériale ( 1086 ) etc …

Grâce au développement de l’instruction laïque, les gens lettrés commencèrent à remplacer les moines. De même la diffusion du savoir permit l’éclosion d’une littérature plus variée et plus riche.    

Le bouddhisme s’essouffla et céda le pas au confucianisme seulement à la fin du XIIIè siècle. Cela était dû à plusieurs raisons: la lutte contre les Mongols donnant naissance à une nouvelle classe dirigeante plus confucianiste que bouddhiste dirigée en particulier par le général Hưng Ðạo Vương Trần Quốc Tuấn, l’apparition d’une nouvelle bureaucratie constituée par des lettrés et celle des oeuvres historiques au détriment des recueils bouddhiques.

La proclamation aux officiers (ou Hịch Tướng Sĩ) de Hưng Ðạo Vương Trần Quốc Tuấn ou la Grande Victoire de Chương Dương célébrée par son lieutenant Trần Quang Khải au moyen de ses quatre vers suivants:

Chương Dương cướp giáo giặc,
Hàm tử bắt quân thù
Thái bình nên gắng sức,
Non nước ấy nghìn thu.
Nous avons ravi les lances au port de Chương Dương
Capturé les barbares à l’embarcadère de Hàm tử
Que la paix soit l’objet de nos suprêmes efforts
Cette terre dure à jamais.vehicule

témoignaient de l’éclosion d’une littérature plus riche, nationale et historique. On continua à assister au déclin du bouddhisme jusqu’en 1963, l’année où le bonze Thích Quảng Ðức s’immola par le feu pour protester contre le régime du président Ngô Ðình Diệm au Sud-Vietnam.

Ce sacrifice ne s’avéra pas inutile car cela permit de précipiter la chute de Diệm quatre mois plus tard et de montrer à la nation toute entière que le bouddhisme, malgré son esprit de tolérance et de non-violence, pourrait constituer un contrepoids notable pour combattre toute forme de dictature et de totalitarisme ayant pour but de saper les fondements moraux et les conceptions de la vérité et de la solidarité trouvées dans la civilisation vietnamienne.

Le bouddhisme vietnamien retrouve ainsi depuis quelques décennies non seulement son rôle politique mais aussi sa place prépondérante qu’il a perdue si longtemps.